Hello everybody !

je commencerai ce premier message de 2018 en vous souhaitant une bonne et heureuse année! Qu'elle soit remplie de joies et de rires, de beauté et de rencontres, et bien sûr de découvertes et de voyages!

***********************

Cet article ne tiendra pas parole: en effet, je vous avais promis dans mon message précédent que je vous raconterais un voyage qui traine dans mes brouillons depuis plusieurs mois. Mais voilà: je reviens tout juste d'un petit périple au Costa Rica, et tellement enchantée par la faune et la flore que j'y ai vu, je ne peux attendre pour vous montrer tout ça!

128

Voici donc le récit de notre dernier road-trip: 1200 km entre la côte caraïbe et la côte pacifique, sur 11 jours/10 nuits, avec une Saint-Sylvestre les pieds dans l'eau ! Voici le petit 4/4 avec lequel on a fait notre circuit:

3 

Tant qu'on parle de voiture, je vais commencer par mettre les choses au clair sur un point: ne croyez pas ce que les guides disent! Moi, entre mon Petit Futé, le site du gouvernement et plusieurs sites de voyages, j'étais complètement parano. Tous disent de ne surtout pas conduire de nuit. Danger, attention! J'étais du coup pas mal stressée avec ça et voulais arriver avant la nuit (qui tombe à 18h). Mais c'est n'importe quoi. En bon québécois: ça vaut pas d'la marde! Les routes principales sont en très bon état, l'asphalte est neuf sur de nombreuses sections et les gens conduisent très bien, contrairement à ce que j'ai lu (Et je crois qu'après avoir vécu l'expérience de la conduite en Jamaïque, je suis capable de conduire n'importe où!!!). Et puis de toute façon, on ne peut pas rouler vite là-bas, et c'en est même insupportable: dans les montagnes, c'est 40 km/h, et souvent sur les grands axes, c'est  60 km/h, avec des zones à 80 km/h, mais tout le temps en alternance. On s'y perd... et ça n'avance pas !!! Bref : pas besoin de flipper sur la conduite, ça se passe très bien, même de nuit. Ca, c'est dit! Après, je ne vais vous mentir, il y a parfois quelques routes qui ont subi les ravages des coulées de boue des flancs de montagne et des chutes de roche, ce qui laisse une seule voie disponible à la circulation... ça doit être un sacré bazar pendant la saison des pluies!

93

Au programme: volcan,  plage de sable noir, réserves naturelles, plage de sable blanc, jungle, plage de sable gris, piscine, alcool local, animaux, animaux et animaux!!!! Et bien on a été servis... sauf sur un point. On a vraiment foiré notre coup cette fois, le séjour a mal commencé: premier hôtel, au pied du volcan Poas, pour une excursion le lendemain matin. Autour du petit dej, discussion avec le serveur: "alors, vous faites quoi aujourd'hui, c'est quoi votre programme?". "Bin ce matin on va faire une excursion au volcan Poas, et cet aprem on va faire un jardin tropical avec la chute". "Ah, le jardin, bonne idée, il est vraiment bien, mais pour le volcan faudra trouver autre chose, parce qu'il est fermé." "Quoi?? What?? Qué???". "Depuis l'éruption d'avril, la police a sécurisé la zone et bloque l'accès 2 km avant le volcan". Partagés entre colère et déception, on encaisse l'annonce. On était venus dans ce coin du pays juste pour ça. L'ascension est sympa et le cratère super beau. Je le voulais mon volcan!!! Regardez comme il est beau:

poas

Tout tombe à l'eau . Il est super tôt, et il n'y a pas trente six mille autres possibilités d'activités dans le coin. On décide de rouler jusque là-bas quand même, en se disant qu'on verra peut-être des fumerolles ou des cendres, ce serait l'fun. Mais non, on ne voit rien. Alors on décide d'aller au fameux jardin et d'y prendre notre temps. Grand bien nous a pris. Il s'agit du La Paz Waterfall Garden, et mon avis est partagé à son sujet: soit ça se fait en début de séjour, pour avoir un aperçu de la faune et la flore qui nous attend dans le pays, et comme ça on se dit "bon bin même si lui je n'arrive pas à le voir en liberté dans la nature, au moins je l'aurai vu ici"; soit ça se fait en fin de séjour, avant de reprendre l'avion, pour justement se laisser la chance de voir les animaux qu'on a ratés dans les parcs. Ca se discute. En tout cas, c'est super cher: 88$US pour deux. Mais ça vaut la peine, on y passe quand même un magnifique moment: le parc a des circuits de randonnées pour aller observer trois magnifiques chutes, des colibris y volent partout pour venir se rassasier au nectar en libre service mis à leur dispositon, et on peut y voir les grands fauves qu'on n'aura jamais la chance de voir en liberté (ce n'est pas vraiment un zoo, c'est un centre qui a récupéré des animaux de particuliers ou malades) .Voici donc les magnifiques bêtes observées là-bas et les cascades:

23  24  

25 

28  29

30  32

 34 

 36

 26  27

 20

33  37

 En parlant de cascades, il faut dire que nous avons eu la chance de pouvoir nous y baigner plusieurs fois. Il y a de nombreux sites avec des petites cascades faciles d'accès, où la baignade en eau fraîche est super sympa. Ça change de la plage (eau douce et pas de problème de sable qui s'incruste partout, j'adore!!).  D'ailleurs, en parlant de plage, on a quand même vécu un truc pas top top dans les eaux du pacifique, à Playa Herradura au nord de Jaco et pendant une session snorkling dans les rochers du Tombolo du Parc Marino Ballena: j'ai senti un filament passer sur le dessus de mon pied. Il a fallu que je sorte de l'eau tellement ça me brulait, et ça a laissé une trace rouge vif, qui est encore là! Quant à Benoit, il a eu la même sensation sur le bras, il en avait partout et ça lui a fait plein de petits boutons comme une pousseé d'urticaire. On pense évidement que ce sont des méduses, mais on n'a rien vu! Et des recherches sur internet ne nous ont pas permis de trouver quoi que ce soit à ce sujet... Mais bon, au moins vous êtes prévenus, je pense que ça n'arrive pas qu'à nous ...

 157  180

 Notre aventure avec les volcans s'est soldée par un autre fiasco: en plan b, on s'était dit qu'on allait tenter l'Irazu, pendant qu'on était à Cartago. L'excursion n'est pas trop longue, et les cratères sont majestueux. Et lui, il est ouvert!!! Mais voilà. Notre hôtel là-bas s'appelait Las brumas. On sait pourquoi: au réveil, 6h45, on ouvre le rideau de la salle de bain: on ne voit plus la ville, tout est plongé dans une brume dense, un épais brouillard qui couvre toute la vue! Petit coup d'oeil à la webcam du volcan: écran blanc! Bon bin tant pis, encore raté, ça ne sert à rien de monter là-haut (c'est quand même à 3400m). Décidemment, on est maudit des volcans sur ce voyage, c'est écrit que nous n'en verrons pas  ... Dommage, car il est quand même pas mal celui-là aussi, avec ses trois cratères:

irazu

En tout cas, ce que l'on peut dire, c'est que dans cette zone du pays, entre Poas au nord de San José et Cartago au sud, il fait quand même frais! Le soir, obligés de mettre une couverture pour dormir. Et même lancer le petit chauffage d'appoint pour réchauffer un peu la chambre!! C'est fou! Heureusement, ce n'est pas le cas partout, et notre dose de soleil et de chaleur nous l'avons eue, autant coté caraïbe que pacifique. 90% d'humidité dans les forêts et grand soleil sur les plages, que du bonheur! En parlant de plage, en voici quelques unes, avec des sables différents et des vagues de force bien différentes (certaines plages ne sont pas baignables, il y a beaucoup de surfeurs).

55  67

107  142

143  155

158  90

Pour nos visites de parcs pour observer la végétation et les animaux, nous avons fait Manuel Antonio, Carara, Marino Ballena et Cahuita. Ils sont tous vraiment beaux, chacun avec leurs particularités, et nous y avons observé des animaux différents. Le plus calme niveau invasion touristique, c'était celui de Carara, au nord de Jaco, sur la côte ouest. Et le plus envahi, c'est définitivement Manuel Antonio (popularité oblige!). Le bon point, s'il faut en trouver un, c'est que lorsqu'il y a un attroupement, c'est qu'il y a un animal !!! Je vous propose maintenant de vous régaler avec les plus beaux animaux que nous avons eu la chance d'observer un peu partout:

104    58

59  61

   62  100  103  106

 105  63

140  145

146   204

Les animaux sont vraiment à l'honneur dans le pays, jusque sur les billets de banque:

DSC03375 ok

 Deux coups de coeur visuels: la rainette aux yeux rouges et le toucan.

 150b

 156

  Deux coups de coeur sonores: les cris des singes hurleurs qui résonnent dans la jungle et le cri des aras rouges en plein vol.

144  103

  Deux expériences inoubliables: mon sauvetage d'un colibri qui s'est cogné dans une vitre dans le jardin de La Paz, que j'ai tenu dans mes mains pendant 10 min pour qu'il récupère et l'apporter aux animaliers, et avoir nagé avec des pélicans qui plongeaient en piqué pour attraper des poissons à quelques mètres de nous.

 147

 En venant visiter le Costa Rica, on savait qu'on allait accorder peu d'importance aux villes. Ce qu'on voulait, c'était des animaux et de la nature sauvage. Et je confirme qu'en effet globalement les villes ont peu d'intérêt. Celle de Puerto Limon nous a marqué, mais pas pour les bonnes raisons: mon guide l'appelle la nonchalante, car issue de descendants jamaicains arrivés au milieu du XIXe siècle. C'est vrai, j'ai fait l'expérience de cet art de vivre à 2 à l'heure dans le supermarché, où mon niveau d'impatience et de trépignement sur place à failli me faire péter les plombs!!!.  Moi, je l'appellerais aussi la bordelique, car c'était un enfer d'y circuler. Sinon, nous n'avons rien vu d'extraordinaire, sauf peut-être le village de pêcheurs Puerto Viejo de Talamanca qui est charmant et la ville de Cartago, avec sa basilique impressionnante et ses ruines en plein coeur du centre ville.

 84  85

 Moi, j'aime les églises coloniales, j'en ai vu quelques-unes le long de la route.

44  45

46  80

Le plus sympa, pendant le trajet, c'était les traversées de plantations: canne à sucre, café, banane. À perte de vue. Aussi des palmiers à huile, moins cool...

40  70

 47  108

Notre visite de San José, la capitale, le dernier jour avant de décoller pour le retour, ne restera pas dans les annales: c'est mignon grâce aux quelques beaux bâtiments anciens et à la rue pietonne centrale très animée. Le marché central est super, avec des étals gorgés de viandes, poissons, fromages, fruits et légumes. Regardez ci-dessous: des filets de requin, des légumes racines aux noms exotiques complètement inconnus et des feuilles de bananes pour la déco et la cuisson .

213  214

215  216

Ce qui aura été le plus marquant pour moi en ville, c'est la façon dont les maisons sont hyper protégées, entourées de grillage. Cela vaut pour toutes les maisons d'un standing plus élevé, ce qui fait ressortir les gros écarts de richesse et le taux de criminalité: dès que le niveau de vie permet d'avoir une belle maison en dur confortable et une voiture, et bien tu te barricades pour te protéger des voleurs.  Ça fait drôle comme sensation:

82  41

42  43

Lors de nos premiers kilomètres, je me demandais aussi ce qu'était ce petit panier sur pied qui se trouve devant chaque maison:

81

C'est lorsque j'en ai vu un plein que j'ai compris: c'est pour les poubelles, les habitants posent leurs sacs de déchets dedans, rien n'est à terre. Mais ce n'est pas pour autant que le pays est propre partout. Même si on parle beaucoup d'écotourisme, le virage vert et la conscience environnementale est encore à développer pour certains habitants. C'est quand même globalement très encourgeant, on sent que beaucoup d'efforts sont faits pour préserver la nature, mais il y a encore du chemin à faire. Ne serait-ce aussi que dans les hôtels, où les bacs de tri sélectif font encore défaut...

En parlant d'hôtel, je vais partager ici nos coups de coeur, les endroits les plus sympas où nous avons dormi. Si jamais vous voyagez là-bas, ça me fait plaisir de vous recommander les yeux fermés ces adresses, car ce sont des établissements charmants et dépaysants. Budget raisonnable, dans les 50$US ou 60$US la nuit, sauf le Doce Lunas qui est bien plus luxueux (c'était pour le réveillon, on voulait se faire plaisir!).

 HOTEL 1

 Hotel Tiquicia Lodge - Vara Blanca (près du Poas) - Petit-dej inclus

 

HOTEL 2

 Hotel Piscina Natural - Cahuita - Style auberge de jeunesse, cuisine commune

 

HOTEL 3

 Hotel Doce Luna - Jaco - Petit-dej inclus

 

HOTEL 4

HOTEL 4b

 Hostel Cascada Verde - Uvita - Auberge de jeunesse, cuisine commune

 

HOTEL 5

HOTEL 5

Hotel Aranjuez - San José - petit-dej inclus (excellent buffet!) 

Notre réveillon d'ailleurs, nous l'avons passé à Jaco sur la côte pacifique. C'est une ville très touristique avec beaucoup de restos et de bars, où l'on savait qu'on allait pouvoir sortir et s'amuser. Ça a été le cas, surtout pour le moment génial avec les ticos (surnom des habitants du Costa Rica), installés sur la plage pour le feu d'artifice organisé par les grands hôtels et lancé sous forme de compétition à qui fera le plus beau! Les ticos adorent leurs plages: ils y vont en famille pour y passer la journée autour d'un babercue ou d'un pique-nique, c'est vraiment chaleureux.

131  126

Les ticos sont des gens très gentils. On a toujours été accueillis avec le sourire et beaucoup de gentillesse. Pour une fois, pas d'arnaque, sauf une fois à la station essence (encore, tiens donc, c'est étrange!). On ne connaissait pas la capacité du réservoir, c'était le premier plein, et le mec a définitivement trafiqué le compteur et nous a roulé de 10 000 colones (environ 20$). On ne l'a découvert qu'après, en faisant le deuxième plein  !!! Bref, rien de grave. On se sent en sécurité là-bas. D'ailleurs, les guides m'avaient aussi fait un peu peur au sujet des vols, recommandant d'extrêmes précautions pour les effets personnels, particulièrement dans la voiture. Mais au final, c'est du bon sens: on est discret, on n'expose rien de façon ostentatoire, on surveille ses affaires, s'il faut on laisse un petit pourboire pour faire surveiller la voiture et tout va bien. Aucun vol à déplorer, ouf!

Pour finir, je vais vous parler bouffe et boisson. Et oui!! Pour résumer: c'est bon, mais il n'y a rien d'extraodinaire. En fait, on retrouve la cuisine typique des pays des caraïbes (poulet, poisson, oeufs, riz aux haricots rouges) et des pays latinos (tortilla, empanada). Moi, je nous ai surtout fait faire une cure de fruits géniale quand on était dans les auberges de jeunesse, car on faisait notre bouffe en cuisine: ananas, pastèque, goyave et banane, miam miam!! En ce qui concerne l'alcool, la boisson nationale est le Guaro, un alcool tiré de la canne à sucre, qui fait 30° ou 35° (mais drôle de distillation quand même, car bu pur en grande quantité, il a des effets anesthésiant!!). Nous y avons gouté, évidemment: ça sent l'alcool à 70% et le goût n'est pas très prononcé. On a été un peu déçus, alors après on s'est rabattu sur le rhum local, le Centenario et le Ronrigo, et là, c'était mieux! On a fait un resto sympa, qui vaut la peine d'être mentionné: il s'appelle El Pavon, près de Ojochal, il s'agit d'une petite ferme piscicole familiale où les tilapias sont élevés au pied du restaurant, et les clients peuvent aller les pêcher eux-mêmes pour ensuite les déguster! Nous on n'a pas pêché nos poissons, mais on a mangé les filets sous deux formes, frits et à la plancha, c'était délicieux!

 150  151

 Voilà, le récit de mes vacances touche à sa fin. J'espère vous avoir fait voyager un peu. J'ai choisi de ne pas mettre dans cet article les nombreuses photos de fleurs et d'arbres, car cela aurait été trop long. Vous allez pouvoir les retrouver dans l'album ici, tout comme les oiseaux. Svp, cliquez pour aller voir, ça vaut vraiment le coup, c'est tout simplement magique!

66  78   

153

Je vous dis à bientôt les p'tits loups, pour d'autres aventures !