Hello everybody!

Aujourd'hui, je viens vous raconter l'une de mes plus belles expériences de vacances de ma vie! J'en ai fait des voyages, j'en ai vu des lieux magnifiques, il est vrai que j'ai cette chance. Mais là, je crois que j'en ai pris plein les yeux, et pour un moment. Vous voulez de l'image de carte postale? Et bien vous allez être servis! Sauf que là, c'est pour de vrai

Je vous explique notre dernier plan vacances: moi, je rêvais de découvrir l'Ouest Canadien. Tout d'abord Vancouver, ville moderne et ultra célèbre, mais surtout les montagnes, vous savez, ces clichés si fameux de lac bleu avec les montagnes au sommets enneigés en arrière plan. J'ai réussi à convaincre mon chéri de faire un road-trip dans les Rocheuses, et voilà le petit programme que je nous avais concocté: prendre l'avion jusqu'à Calgary, y louer une voiture pour ensuite traverser toutes les Rocheuses du sud vers le nord, puis redescendre dans la vallée de l'Okanagan, pour ensuite rejoindre Vancouver et enfin rentrer en avion sur Montréal. Une jolie petite boucle, comprenant presque 2000km de voiture,  qui ressemble en gros à ça, sans les petits détours:

carte hotels

Pour voir toutes les photos qui correspondent à cet article, vous pourrez cliquer ici, car je ne vais pas pouvoir toutes les mettre dans le texte, ce sera trop long (juste pour vous dire, on a fait environ 1100  photos en 8 jours!!). Mais je vous conseille d'être patients, de lire mes petites histoires d'abord, et d'aller vous évader dans l'album après. De plus, le voyage étant tellement long, j'ai décidé de le raconter en trois articles, ce sera plus facile à lire et moins lassant. Vous êtes donc ici dans la première partie du voyage: Les Rocheuses! Vous verrez régulièrement dans le texte des mots soulignés: ce sont des liens sur lesquels je vous invite à cliquer si vous voulez en apprendre plus, alors n'hésitez pas!

 J1 = Tout commence à Calgary

Arrivés à l'aéroport, après un vol de 4h30, on loue notre petite voiture (je dis bien petite, car ça aussi, ça a été une épopée, comme d'habitude, avec moi, tout est toujours compliqué!! Cela nous a pris du temps, car j'ai refusé le surclassement dans une magnifique berline Ford blanche intérieur cuir noir longue de je-ne-sais-pas-combien de mètres, bien trop fragile pour notre aventure - cf  l'anecdote de la voiture pour notre safari animalier!!!). Une fois au volant de notre Hyundai Elantra, direction l'hôtel (très bon d'ailleurs, le Delta Bow Valley, en plein centre ville) pour poser les valises dans notre chambre au 17e étage (très belle vue ci-dessous), et c'est parti pour l'exploration de la ville.

Vue de l'hôtel

Ville en pleine expansion, avec des chantiers de construction dans chaque quartier, des tours modernes et une jolie petite rivière, Calgary a un certain charme. Ce qui nous a particulièrement plu, c'est le réseau +15. Il s'agit d'une réseau surélevé, de 16 km de long, qui parcourt le centre ville, de bâtiment en bâtiment - un peu comme à Montréal, mais au lieu d'être sous-terrain c'est sur-terrain -  grâce à 59 couloirs/ponts de verre élévés de 15 pieds au dessus-du sol (d'où le nom, +15) soit environ 4,5 mètres. Cela permet d'avoir une vision différente de la ville, c'est très agréable, et j'imagine en hiver la luminosité que cela permet de conserver car tous ces lieux sont faits de grandes baies vitrées.

couloir du réseau +15  couloir du réseau +15

Dans l'une des tours, on a eu la chance de voir un sublime mur végétal (je suis fan des murs végétaux!!!) et aussi deux oeuvres d'art en verre soufflé de l'artiste Dale Chihuly (dont on a eu la chance de voir une exposition au musée des beaux-arts de Montréal). Bref, un lieu qui ressemble plus à un musée qu'à une tour de bureaux!!

... avec des oeuvres de Chihuly  ...et avec un mur végétal

On a bien sûr profité de la voiture pour aller faire quelque chose que j'adore: voir la ville de nuit. C'est mon traditionnel "by night", et là ce que je voulais surtout, c'est voir la skyline. Alors on a pris un peu de hauteur, et voici ce que ça donne:

La skyline de Calgary, de nuit

Après ça, on n'a pas trop traîné, pizza à emporter et retour dans la chambre pour passer une bonne nuit, car la journée devait commencer tôt le lendemain pour réussir à suivre notre programme très chargé! Départ de l'hôtel 7h30, direction le Parc National de Banff!!!

J2 = La magie des lacs dans le parc national de Banff

Sur la route, la beauté des lieux commence très vite, car en laissant Calgary derrière nous, ce sont les Rocheuses qui se dessinent au loin devant nous. Et là, c'est tout simplement époustouflant, du début de la route jusqu'à la fin. Ces roches noueuses, torturées, déformées par la force de la pression terrestre, qui forment des dessins, des lignes courbes et des volutes, ainsi que ces couleurs de roches si différentes, c'est incroyable! Je n'en mets que quelques-unes ci-dessous, le reste se trouve dans l'album.

Les rocheuses  Les Rocheuses 

Les rocheuses  Les rocheuses

Après avoir payé notre droit d'entrée dans le parc (9.80$ par personne par jour, que vous traversiez simplement le parc en voiture ou que vous y restiez pour y faire de la randonnée ou du camping), on s'est dirigé vers la jolie petite ville de Banff, station de ski pleine de charme s'il en est, pour aller faire l'expérience des sources chaudes! En effet, les Rocheuses sont truffées de ces eaux sulfurées qui jaillissent de terre à plus de 70° et qui sont ensuite filtrées pour en adoucir l'odeur, et rafraîchies pour être baignables, mais tout en préservant leurs vertues thérapeutiques. Voici à quoi ressemblent celles de Banff, les Upper Hot Springs:

Upper Hot Springs, la source naturelle jaune de souffre

Upper Hot Springs, la source pour les baigneurs

On y a passé un moment tellement agréable! On pensait n'y rester qu'une demi-heure, mais c'était tellement bon qu'on est resté presque une heure et demie! J'imagine qu'en hiver, ça doit être encore plus sympa, être dans une eau à 41° entourée de neige sous 0° degrés! Bref, après ce moment de relaxation, on a repris la route pour nous rendre plus profond au coeur des montagnes, et commencer à découvrir les fameux lacs.

Notre premier objectif, c'était le lac le plus célèbre, le Lac Louise. Et là, on a pris une claque: j'vous jure, la première fois que nos yeux se sont posés sur cette eau d'un bleu laiteux et turquoise, on est restés bouche bée. C'est TELLEMENT beau! Notre appareil rend bien les couleurs, mais je ne peux m'empêcher de vous dire qu'en vrai, c'est encore plus saisissant.

DSC00178ok

Au Lac Louise, on a fait une petite pause lunch, au bord de l'eau, face au glacier Victoria (un petit moment précieux, inoubliable), et puis il s'est mis à pleuvoir un peu. Alors on est monté dans la forêt, pour faire une mini randonnée et monter au point de vue à flanc de montagne. Là aussi, on se retrouve avec une vue époustouflante sur le lac, presque dans son ensemble: un bijou!

Lake Louise

Je ne vais pas rentrer dans les détails de la galère pour nous rendre au lac ( les bouchons, tourner inlassablement sur le parking complet pour trouver une place - j'ai sympathisé avec des allemands pour leur prendre leur place quand ils partaient!!!), mais la haute densité de touristes au m² nous a convaincu de ne pas trop nous éterniser ici, même si moi j'étais un peu tentée par la promenade en canoë sur le lac, car on voulait se rendre au deuxième lac de notre parcours, le Lac Morraine. Plus petit, mais très célèbre aussi. Et tout aussi magnifique:

Lake Morraine

Là, j'avais prévu de la faire, ma promenade en canoë, mais il se trouve qu'à cet endroit, il y avait beaucoup de vent, un vent très froid, et il venait d'y avoir une averse phénoménale. Du coup, le service de location était en stand-by, en attendant que ça se calme. C'est pour ça que j'ai réussi à faire cette superbe photo avec les canoës, mais c'est une grosse déception pour moi de n'avoir pas pu profiter de ces embarcations ...

Lake Morraine

Ensuite, on a repris la voiture pour nous rendre à notre troisième lac du jour, le Lac Peyto. Très beau, encore une fois. Celui-ci est plus sauvage, il n'y a pas d'hôtel ou de location de canoës, les visiteurs ne peuvent pas se rendre sur les berges. Il est préservé, et c'est très bien comme ça! Petite promenade pour monter jusqu'au point de vue, et voici ce que l'on peut voir:

 Lake Peyto  Lake Peyto

Après tout ça, la journée touchait à sa fin, on n'avait plus qu'à rejoindre notre point de chute pour la nuit, un hotel au pied du glacier Athabasca, au coeur du champ de glace Columbia Icefields. Pour ce faire, on a continué à monter vers le nord, sur la fameuse route 93, répertoriée comme une des plus belles routes touristiques au monde (et elle mérite largement cette appellation). On a à nouveau payé un droit d'entrée, car on changé de parc, nous étions dans le Parc National de Jasper, et voici un peu à quoi ressemble la beauté sauvage sur la route:

Sur la route...

Puis nous voilà au Glacier View Inn, face au glacier (on n'avait pas pris la chambre avec vue par contre, trop douloureux pour le porte-monnaie...), mais a bien profité des lieux quand même. Soirée très calme: au milieu de rien, pas de réseau téléphonique, pas d'internet dans l'hôtel. Petit détail sympa, l'eau de l'hôtel est l'eau du glacier! J'en ai rempli nos bouteilles, c'est vrai qu'elle était très bonne. On devait encore mettre le réveil à sonner assez tôt le lendemain, car la plus grosse journée de route nous attendait, 450 km jusqu'au prochain hôtel, mais avec une étape essentielle: Jasper!

Notre hotel, leGlalcier View Inn

J3 = Des chutes et des glaciers, en route vers Jasper

En reprenant la route au petit matin, on a cette si agréable sensation d'être seuls au monde, personne sur le bitume ni devant nous ni en face, on roule tranquille et on s'arrête comme on veut pour prendre nos photos. Mais tout ça dans le calme encore: tellement coupés du monde qu'il n'y a aucune station de radio! On arrive très vite à notre première étape, les chutes Sunwapta:

Sunwapta falls

Puis on arrive à notre deuxième étape, les chutes Athabasca. Bien plus grandes, plus impressionnantes, avec une phénomène d'érosion géologique extraordinaire (les potholes), et un parcours de visite plus long. On a adoré!

Athabasca falls 

Puis on trace vers la grande ville, Jasper, pour aller y faire une sortie en hauteur: prendre le SkyTram, une télécabine qui nous monte à  2277 m sur le Mont Whistler pour embrasser toute la vallée à presque 360°. L'expérience est sympathique, la vue est belle, les guides dans les cabines donnent d'utiles explications, avec beaucoup d'humour, mais c'est peut-être un peu cher pour ce que c'est quand même, car la cabine ne monte pas jusqu'au sommet: pour rejoindre les  2500 m, il faut finir à pied!

Jasper, dans la vallée  Le route vers le sommet à 2500m

Ca monte raide, j'vous l'dis tout de suite, et surtout il y a du vent mais d'une force terrible, et froid en plus! On n'a pas eu la force de monter jusqu'au sommet, j'avoue... Mais déjà, la vue était belle:

 Panoramique à 2300 m

De retour dans la vallée, on reprend la route pour quitter le coeur des Rocheuses et commencer notre descente vers le sud. Tout ça se fait dans des paysages encore magnifiques, avec alternance de moments de soleil et de pluie, pour arriver en fin de soirée à notre motel, un petit boui-boui tenu par une mamie autentique et rustique! Ca sent le moisi et la literie est molle comme un chamallow, mais ça a son charme !

Pour finir cet article, je voulais vous montrer la chance que l'on a eu, niveau rencontres animalières. La faune des rocheuses est très riche, et on a eu la chance d'en faire un peu l'expérience, sur la route: ainsi, voici ci-dessous certaines stars des lieux, le Wapiti, le Casse-noix d'Amérique, l'Ours noir et l'écureuil qui reste à terre dans les roches de la montagne, le Ground Squirrel. Un vrai bonheur !

Un wapiti  Un ours noir 

DSC00242ok    Un ground squirrel, écureuil des roches

Voilà donc la fin de la première étape de ces vacances. J'espère que cela vous a plu, n'hésitez pas à aller voir le reste des photos dans l'album, et surtout revenez bientôt pour lire la suite de ce road-trip: la découverte de la vallée de l'Okanagan.

A très bientôt les p'tits loups!